Grande éclaire, herbe aux hirondelles, herbe aux verrues, herbe à la jaunisse, herbe aux poireaux, herbe de Saint-claire, arondelière... Cette plante à l’odeur désagréable et aux fleurs jaunes disposées en grappe, pousse dans les vieux murs, les friches et les décombres. Jadis, la chélidoine était employée pour ses diverses propriétés médicinales, en particulier pour ses vertus à soigner les yeux. Quelques gouttes du suc orangé contenu dans sa tige versées dans un collyre, ont le pouvoir d'aiguiser la vue. En infusion, mélangée avec de l'hydromel et du miel, elle soigne la jaunisse entre autres maladies du foie. Les alchimistes du moyen-âge usaient de la chélidoine dans l’élaboration de la Pierre philosophale pour changer le plomb en or et en extraire un élixir de vie éternelle. Une ancienne et jolie légende prétend que les hirondelles frottaient les yeux de leurs petits avec un brin de chélidoine, pour leur permettre de voir plus clair et de s’envoler allègrement dans les airs !

Chelidonium majus © Cécile Decorniquet
Chelidonium majus © Cécile Decorniquet


Découvrez l'univers de la photographe Cécile Decorniquet


Ces œuvres sont protégées par une certification CLEO qui confère à son auteur une date de création certaine sur son œuvre. Une signature numérique atteste de cette antériorité. Elle est soumise aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle doit faire l’objet d'une demande d'autorisation auprès de l’auteur. Concept et titres déposés et enregistrés à l'INPI : Institut National de la Propriété Industrielle.