La chevelure flottant au gré du doux Zéphyr, Daphné arpentait les forêts, méprisant les hommes et leurs désirs. Apollon, rempli d’orgueil de sa victoire sur le terrible serpent Python, rencontra sur son chemin Cupidon armé de son arc et se moqua de son pouvoir et de son empire. Mais la gloire d’Apollon est bien inférieure à celle de Cupidon, car dans son carquois se trouve des traits cruels qui repoussent l’amour tandis que d'autres, en or, troublent l’esprit et la raison. Pour se venger de cet outrage, l'Amour lança du haut de son nuage dans le cœur d'Apollon un trait doré et Daphné reçut dans l’âme un trait de plomb. Ne pouvant modérer ses ardeurs en voyant la belle naïade, Apollon se lança à sa poursuite. Insensible, Daphné l'évita en prenant la fuite. Cependant, la nymphe épuisée par cette course insensée, implora son père, dieu du fleuve Pénée, de la sauver. Soudain, les pieds de la naïade s’enracinèrent, son corps s'engourdit d'une écorce légère, ses bras tendu vers le ciel devinrent de tendres rameaux et ses longs cheveux se changèrent en un feuillage au vert éternel qui ne fane jamais. Apollon détacha alors une branche qu’il tressa en souvenir de son premier amour et consacra le laurier à la gloire des plus fameux guerriers et le réserva aussi, aux talents et aux génies. On prétend que cet arbre fait voir en songe la vérité. Depuis, les devins mâchent les feuilles du laurier avant de prophétiser !

Apollon et Daphné vers 1743-1744 - Giambattista Tiepolo
Apollon et Daphné, par Tiepolo (v. 17431744)


Magie Verte, les herbes et les arbres enchantés


Ces œuvres sont protégées par une certification CLEO qui confère à son auteur une date de création certaine sur son œuvre. Une signature numérique atteste de cette antériorité. Elle est soumise aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle doit faire l’objet d'une demande d'autorisation auprès de l’auteur. Concept et titres déposés et enregistrés à l'INPI : Institut National de la Propriété Industrielle.