Arachné, qui excellait dans l’art d’assortir les fils et de varier les nuances et les reflets sur des métiers divers, colorait avec grâce l’univers. Malgré son humble origine, son nom était célèbre dans toutes les villes de la Lydie. Souvent les nymphes délaissaient leurs bosquets, leurs grottes humides ou leurs ondes sacrées pour voir le fuseau s’animer sous ses doigts habiles et admirer la toile achevée. Un jour pourtant, cette jeune fille perdit toute modestie en prétendant surpasser la déesse Athéna dans l’art de tisser et osa lui disputer l’empire des beaux arts. Offensée d’une telle témérité, l’immortelle accepta le défi. Pendant le face à face, les deux fileuses entrelacèrent les fils légers sous leurs aiguilles rapides avec délicatesse et virtuosité. Sous les mains d’Athéna se mêlaient mille couleurs, l’or et la soie et l’histoire des dieux s’écrivait sous ses doigts. La jeune Lydienne, quant à elle, peignait de ses mains graciles toutes les faiblesses et les crimes des dieux. Cependant, lorsque les ouvrages furent terminés, force était de constater la victoire d’Arachné qui tissa une toile de toute beauté. Irrité de ce succès, Athéna se vengea de sa rivale en la frappant au visage de plusieurs coups de navette et d’un seul regard déchira l’ouvrage. Ne pouvant supporter cet affront, l’infortunée humiliée se pendit de désespoir à un cordon. La voyant ainsi pendue, Athéna prise de compassion adoucit son destin en déclarant : « Vis, malheureuse, mais toujours suspendue ! Et que ce châtiment s’applique jusqu’à ta descendance la plus reculée ». À l’aide d’une herbe au suc venimeux, choisie par la redoutable Hécate, la déesse métamorphosa Arachné qui perdit soudain ses traits. Son ventre se gonfla du noir venin dont elle était imprégnée et se changea en une fileuse araignée aux longs doigts effilés qui lui servent maintenant de pieds. Depuis, fidèle à ses anciens travaux, la mortelle Arachné abusée par les dieux continue à ourdir sa toile en tirant de son corps des fils déliés !

Femme Araignée 2008 Cécile Decorniquet
Femme Araignée, 2008 © Cécile Decorniquet

Comme Minerve et Arachné, les Parques sont aussi de célèbres filandières de l’antiquité. Redoutables fileuses des destinées humaines, elles tiennent entre leurs mains le commencement, la durée et la fin...


Découvrez l'univers de la photographe Cécile Decorniquet


Ces œuvres sont protégées par une certification CLEO qui confère à son auteur une date de création certaine sur son œuvre. Une signature numérique atteste de cette antériorité. Elle est soumise aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle doit faire l’objet d'une demande d'autorisation auprès de l’auteur. Concept et titres déposés et enregistrés à l'INPI : Institut National de la Propriété Industrielle.