Larmes de l’Aurore, fille de l’air et de la lune, eau céleste, essence du soleil… La rosée se forme en abondance quand la lune est pleine et que les nuits sont douces et sereines. Ce bienfait de la nature est une source intarissable pour l’herbe et les plantes qui se languissent sous l’ardeur du soleil. Elle humecte et rafraîchit la terre, nourrit les abeilles et les fées qui aiment se désaltérer d’une goutte de rosée puisée dans le calice des fleurs. On pensait autrefois que la rosée était un puissant remède pour l’homme et les maladies qui le tourmentent, en particulier pour ceux qui sont attaqués par les maladies de la peau. La rosée de mai était la plus recherchée, elle était considérée comme un cosmétique pour entretenir et conserver la beauté. Dans les campagnes, on la recueillait avec le plus grand soin, avant les premiers rayons du soleil, en plaçant de grands linges sur le gazon des prairies. Le jour de la Saint-Jean, avant le lever du soleil, il faut se rouler nu dans la rosée pour obtenir guérison, plus elle est abondante et plus on guérit vite. Féconde et bienfaisante, la céleste rosée qui luit sous la clarté de l’astre lunaire, fait épanouir les fleurs nouvelles brillantes de mille feux dorés et rend la vie aux jardins altérés.

Vue Macro d'un capitule de pissenlit, 2006 - Böhringer FriedrichVue Macro d'un capitule de pissenlit, 2006 - Böhringer Friedrich.


 Magie Verte, les herbes et les arbres enchantés 


Ces œuvres sont protégées par une certification CLEO qui confère à son auteur une date de création certaine sur son œuvre. Une signature numérique atteste de cette antériorité. Elle est soumise aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle doit faire l'objet d'une demande d'autorisation auprès de l'auteur. Concept et titres déposés et enregistrés à l'INPI : Institut National de la Propriété Industrielle.