26 octobre 2015

Le sabbat des sorcières

Les sorcières se rendent au sabbat, dans des lieux secrets et déserts, de différentes manières. Pendant les nuits d’orage et de grand vent, elles se transportent dans les airs sur un âne, un cheval ou un autre animal. Cependant, elles préfèrent chevaucher un balai oint d’un onguent diabolique, en prononçant du haut des nuages des paroles magiques. Ces assemblées nocturnes ont lieu dans des endroits solitaires au plus profond des bois. Le maître des lieux, qui affecte ordinairement la figure d’un grand bouc, envoi une chauve souris ou... [Lire la suite]

05 décembre 2013

Cauchemars, incubes et succubes

Enfants de l’imagination, les cauchemars engendrent de nombreux êtres démoniaques qui rôdent pendant la nuit et se livrent à toutes sortes de maléfices sur les personnes endormies. Les anciens les ont appelés incubes et succubes, ces apparitions nocturnes malfaisantes qui invitent à la luxure et troublent le sommeil en provoquant une sensation d’écrasement. Ces esprits imaginaires pressent fortement sur la poitrine du dormeur, l’épuisent d’une étreinte charnelle en lui dérobant la respiration et la parole pour l’empêcher de crier et... [Lire la suite]
27 juin 2013

La Poule noire et le Pacte avec le Diable

La poule noire à un secret propre à faire apparaître le diable à volonté pour obtenir richesse, pouvoir et faire parler les morts. Lié aux démons, cet animal est indispensable dans les maléfices des sorciers et son sacrifice était, autrefois, synonyme d’invocation satanique. Pendant les nuits de pleine lune, les sorcières immolaient une poule noire en poussant d’horribles cris pour appeler les esprits qui apparaissaient sous les formes les plus immondes. Les magiciens et les devins cherchaient à lire l’avenir dans ses entrailles. On... [Lire la suite]
14 juin 2013

Le Sceau de Salomon, une herbe très réputée dans l'ancienne médecine

Faux muguet, Guéritout, Herbe aux panaris, Grenouillet… Cousine du muguet, cette plante aux fleurs blanches légèrement verdâtres disposées en grappes, s’épanouit au mois de mai dans les bois humides et les lieux ombragés. Très réputée dans l’ancienne médecine, sa racine était récoltée au printemps et employée en infusion comme remède antigoutteux. En cataplasme, elle soignait les contusions les panaris, les hernies, les plaies et les abcès. On lui attribuait aussi des vertus cosmétiques qui embellissaient et rafraichissaient le teint.... [Lire la suite]