05 décembre 2013

Cauchemars, incubes et succubes

Enfants de l’imagination, les cauchemars engendrent de nombreux êtres démoniaques qui rôdent pendant la nuit et se livrent à toutes sortes de maléfices sur les personnes endormies. Les anciens les ont appelés incubes et succubes, ces apparitions nocturnes malfaisantes qui invitent à la luxure et troublent le sommeil en provoquant une sensation d’écrasement. Ces esprits imaginaires pressent fortement sur la poitrine du dormeur, l’épuisent d’une étreinte charnelle en lui dérobant la respiration et la parole pour l’empêcher de crier et... [Lire la suite]

06 novembre 2013

Le Sommeil, fils de la Nuit

Dans son palais impénétrable aux rayons du Soleil, Hypnos repose sur un lit d'ébène environné de pavots et de plantes narcotiques aux sucs engourdissants que la Nuit recueille soigneusement, pour appesantir les paupières et ensevelir le monde dans un profond sommeil. Personne ne vient jamais troubler la tranquillité de cet antre où seul le doux murmure des eaux du fleuve de l’Oubli se fait entendre. Tout autour du Sommeil, les Songes, en grand nombre, aux formes agréables ou inquiétantes, dorment nonchalamment étendus. Eternellement... [Lire la suite]
05 novembre 2013

Les Songes, enfants du Sommeil

Selon les poètes, on entre au pays des Songes, environné de pavots, de mandragores, de hiboux et de chauve-souris, par la porte du Sommeil. La Nuit qui nous libère de l’emprise du Jour, emplit notre repos d’une multitude de songes. Nonchalamment étendus aux côtés du Sommeil ou voltigeant dans les airs, ils nous apparaissent sous mille formes fantaisistes et légères. Morphée, le premier des songes, est le seul qui annonce la vérité. Habile à revêtir les traits et la voix des mortels, il soigne les maux et répare les forces épuisées par... [Lire la suite]
04 novembre 2013

La Renaissance et le rêve, expo

au Musée du Luxembourg du 9 oct. 2013 au 26 janv. 2014 Battista Dossi, La Nuit (Le Rêve), 1548. La Renaissance et le Rêve : la bande annonce   La Renaissance et le rêve : présentation de l'exposition
18 octobre 2013

Le Matin

Le feu des étoiles commence à pâlir ;  la Nuit dans ses voiles court s'ensevelir.  L'ombre diminue, et comme une nue S'élève et s'enfuit : le Jour la poursuit ;  Et par sa présence, chasse le Silence, Enfant de la Nuit...  Mais déjà l'Aurore, du feu de ses yeux Embellit et dore les portes des Cieux...  Le dieu du repos, couvert de pavots, Remonte avec peine sur son char d'ébène.  Dans les airs portés, Les aimables songes, suivis des... [Lire la suite]