On prétendait que cette merveilleuse recette du père Aignan et du père Rousseau, médecins et Capucins de sa majesté au Louvre, avait toutes les vertus et qu’elle était excellente pour conserver la vie et la santé. C’était un puissant contrepoison et un admirable remède qui fortifiait les vieillards et conservait la vigueur des jeunes gens. Elle purifiait le sang, consumait tout ce qui il y avait d’impur dans l’estomac et coupait à la racine toutes les maladies. On pouvait même, parfois, grâce à l’absorption de ce précieux liquide, recouvrer subitement la santé ! Cependant, pour que ce remède donne des résultats étonnants, il fallait que les vipères aient été nourries exclusivement de miel et de rosée qu’elles lèchent sur les herbes. L’essence de vipère était préparée avec quatre ou six serpents dont on ôtait la tête, la peau, la queue et les intestins et dont on coupait la chair en petites pièces. Puis les morceaux cuisaient à feu très doux ou séchaient au soleil jusqu’à la réduction en poudre, pour passer facilement dans un tamis. On versait ensuite trois à quatre livres de poudre de vipère bien sèche dans une étuve que l’on mêlait avec trois fois son pesant de miel, on y ajoutait, parfois, quelques brins de safran. Le tout était bouilli et on laissait agir pendant dix jours la fermentation dans l’étuve. La préparation était ensuite distillée et évaporée plusieurs fois, jusqu’à l'obtention d’une essence de couleur jaune, comme une belle teinture d’or. Autrefois, l'Essence de vipère dont on parlait tant se vendait très chèrement !

Le Laboratoire des Capucins du Louvre
Le Laboratoire des Capucins du Louvre

zimzimcarillon ne recommande évidemment pas de tester ni les méthodes
ni les recettes de ce texte. A vos risques et périls !


Magie Verte, les herbes et les arbres enchantés


Ces œuvres sont protégées par une certification CLEO qui confère à son auteur une date de création certaine sur son œuvre. Une signature numérique atteste de cette antériorité. Elle est soumise aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle doit faire l’objet d'une demande d'autorisation auprès de l’auteur. Concept et titres déposés et enregistrés à l'INPI : Institut National de la Propriété Industrielle.