zimzimcarillon

MAGIE VERTE, les herbes et les arbres enchantés

Avec un soupçon de magie et un brin de fantaisie, cet ouvrage révèle dans un clair-obscur empreint de mystère, des plantes charmantes et ensorcelantes. Baignées d'une lumière lunaire, elles enchanteront votre imaginaire et vous transporteront dans un voyage surprenant par-delà les méandres du temps.
Ce livre est né d'une association mère/fille. Nous avons conjugué nos envies et nos savoir-faire le temps d'un ouvrage consacré aux plantes et aux arbres liés aux rituels de la Saint-Jean, au monde de féerie, aux légendes celtes et à la mythologie. A travers ces images et ces écrits nous invitons le lecteur à entrer dans un univers où curiosité rime avec rêverie, imagination vagabonde et fantaisie !

Photos : Cécile Decorniquet, photographe Lauréate
du prix Sfr Jeunes Talents aux Rencontres d'Arles 2013
pour 
sa série "Ladies".

Allium © Cécile Decorniquetebook, (format iBooks pour iPad), 198 pages.


Ces œuvres sont protégées par une certification CLEO qui confère à son auteur une date de création certaine sur son œuvre. Une signature numérique atteste de cette antériorité. Elle est soumise aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle doit faire l’objet d'une demande d'autorisation auprès de l’auteur. Concept et titres déposés et enregistrés à l'INPI : Institut National de la Propriété Industrielle.


21 avril 2015

Le Cheval Mallet, un destrier nocturne et maléfique

Nimbé d’un halo livide, ce cheval fantôme hante les nuits embrumées des campagnes de Vendée à la recherche d’un voyageur égaré. Il appelle sa victime d’un doux hennissement et l’incite à monter en selle en fléchissant le genou docilement. A peine le cavalier touche-t-il les rênes qu'aussitôt commence une incroyable chevauchée. De ses sabots légers qui ne touchent déjà plus terre, le cheval Mallet transporte sa proie dans une course folle et insensée à travers les plaines et les forêts. Enivré par la rapidité vertigineuse du cheval, l’imprudent parcourt sans s'en rendre compte plusieurs fois l'univers à la vitesse de l'éclair. Après une nuit entière de folle cavalcade, le cavalier éreinté est jeté à terre, piétiné par sa monture et noyé dans une fontaine ou dans l’eau sombre des marais. Après son horrible forfait, le cheval Mallet s'en retourne dans les bois en poussant d'horribles hennissements. Au petit matin, les passants trouveront le corps sans vie de la victime entouré d'empreintes de sabots à la forme étrange. Pourtant, si le malheureux avait jeté six pièces de monnaie gravées d'une croix devant son cheval galopant ou encore porté sur lui une médaille dite « croix des sorciers », il aurait sûrement échappé à la mort. On dit que parfois, ce cheval maléfique peut se présenter sans queue ni tête devant le voyageur perdu et désemparé. Gare au cheval Mallet qui apparaît dans l'obscurité, car il emportera son cavalier dans une funeste chevauchée !

Boy on white horse - Theodor KittelsenGarçon sur un cheval blanc, dessin de Theodor Kittelsen (1857-1914).


 Magie Verte, les herbes et les arbres enchantés 


Ces œuvres sont protégées par une certification CLEO qui confère à son auteur une date de création certaine sur son œuvre. Une signature numérique atteste de cette antériorité. Elle est soumise aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle doit faire l'objet d'une demande d'autorisation auprès de l'auteur. Concept et titres déposés et enregistrés à l'INPI : Institut National de la Propriété Industrielle.

18 avril 2015

Les cheveux, légendes, croyances et superstitions

Ornement naturel du corps, les cheveux varient beaucoup par leur couleur, leur épaisseur et leur longueur. Cependant, on peut réaliser divers maléfices avec ces derniers. La sorcellerie recommande de les mêler dans les onguents, les sortilèges d’amour et les envoûtements. Lors du sabbat, les sorcières offrent leurs cheveux au diable qui les coupe menus et les mélange à certaines poudres pour faire tomber la grêle. On dit que les incubes s’attachent plus particulièrement aux femmes aux beaux et longs cheveux. Aussi, méfiez-vous, ne jetez jamais vos cheveux n’importe où car ils risquent d’être employés pour de mauvais agissements. De plus, quand un oiseau mêle les cheveux d’une personne à la construction de son nid, cette dernière a mal à la tête pendant toute la couvaison. Dans certaines régions, vendre ses cheveux, c’est vendre son âme parce que l’eau du baptême a coulé dessus. Pour se garantir des enchantements, il faut cracher trois fois sur les cheveux que l’on s’arrache en se peignant avant de les jeter à terre. Parfois, ils peuvent servir à fabriquer une baguette magique. Quelques conteurs assurent que les cheveux des hommes trempés dans du vinaigre protègent des morsures de chiens, et que ceux des femmes, coupés pendant leurs jours critiques, enterrés avec du fumier et échauffés par l’ardeur du soleil, se transforment en serpents au début du printemps. On disait autrefois que les cheveux souples et blonds mêlés de brun étaient des chevelures nobles. Ceux qui étaient fins, blonds et doux marquaient un tempérament délicat. Ceux longs et plats annonçaient un caractère ordinaire. Les cheveux bruns, épais et noir dénotaient peu d’esprit mais de l’assiduité et l’amour de l’ordre. Au moyen âge, les cheveux roux évoquaient un odieux commerce avec le diable ! Dans l’antiquité les cheveux blonds étaient regardés comme les plus beaux et les jeunes garçons consacraient leurs cheveux à Apollon. On prétend que la magicienne Médée fut la première à inventer l’art de se teindre les cheveux. Pluton, souverain des Enfers, avait les cheveux noirs et les divinités infernales coupaient un cheveu à celui qui devait mourir. Couper ses cheveux était un signe de deuil que l’on offrait aux âmes disparues. Achille déposa sa blonde chevelure sur la tombe de son ami Patrocle. La chevelure de Méduse dont elle se glorifiait tant, fut changée par Minerve en affreux serpents. Aussi, la seule vue d’une boucle de Méduse mettait tous les ennemis en déroute. Bérénice offrit aux dieux ses beaux cheveux lumineux pour qu’ils accèdent à son vœu. Enchantés, ces derniers s’empressèrent de les suspendre aux cieux, formant ainsi une nouvelle constellation dans le firmament… Tous ces récits merveilleux et la vive imagination de nos aïeux souvent frappée par la peur des sortilèges, semblent parfois tirés par les cheveux !

Pour un sortilège d’amour :
il vous faudra trois cheveux de l’être aimé, trois de vos cheveux que vous lierez avec un fil de laine rouge. Brûlez le tout avec trois feuilles de laurier à la faveur de la pleine lune en prononçant ces mots : « J’invoque le pouvoir supérieur pour apaiser mon cœur. Que l’amour que je porte en moi, ait raison de toi ! » Qu’il en soit ainsi.

Young Girl Fixing Her Hair - Sophie Gengembre AndersonYoung Girl Fixing Her Hair - Sophie Gengembre Anderson, 1823/1903.


 Magie Verte, les herbes et les arbres enchantés 


Ces œuvres sont protégées par une certification CLEO qui confère à son auteur une date de création certaine sur son œuvre. Une signature numérique atteste de cette antériorité. Elle est soumise aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle doit faire l'objet d'une demande d'autorisation auprès de l'auteur. Concept et titres déposés et enregistrés à l'INPI : Institut National de la Propriété Industrielle.  

11 avril 2015

Le Coucou gris, oiseau du deuil et de la mélancolie

Ce volatile rusé et paresseux évoque la fainéantise parce qu’il ne veut pas couver ses œufs. En effet, cet oiseau farouche et solitaire dont le nom exprime le cri, a des mœurs parasitaires. Le Coucou ne fait point de nid comme les autres, il trouve plus commode de confier ses œufs et l’éducation de ses petits aux soins des autres oiseaux, en particulier des passereaux tels que le rouge-gorge, la fauvette, l’alouette, les ramiers et les verdiers. Il gobe un œuf dans le nid parasité, avant d'y pondre le sien. Puis, perché dans le voisinage, il surveille le couple à qui il a fait son singulier cadeau pour voir l’accueil qu’il lui est réservé. Si l’œuf est rejeté, le coucou le reprend pour le porter ailleurs. L’appétit de l’oisillon est vorace et il épuise sa nourrice qui peine à le rassasier. Aussi, les petits oiseaux l’ont en horreur car il ressemble à un oiseau de proie ! Cependant, bien des merveilles sont racontées sur cet habitant des bois et des forêts. On prétend qu’il arrive chez nous au printemps en voyageant de nuit sur les épaules du milan qui lui sert de monture. A la fin de l’été, il se métamorphose en faucon ou en épervier pour passer l’hiver et redevenir Coucou à la belle saison. On lui accorde aussi le don de prédiction. Les jeunes filles le consultent pour savoir quand elles se marieront ; le nombre de cris qu’il pousse leur indique combien d’années elles ont à attendre. Mais quand il chante trop longtemps c’est qu’il est posé sur une branche magique, sa prédiction n’a alors plus aucune valeur. Si l’on entend son premier chant au printemps, il donne de l’argent. Chez certains il annonce le temps, chez d’autres il est de mauvais augure quand il chante la nuit ou dans la forêt encore dépouillée de ses feuilles. Chez d'autres encore, il est un signe de bonheur quand on entend son premier chant dans les bois verdoyants. Ne pas entendre son cri monotone de tout le printemps présage la mort, le deuil et la tristesse. En magie, un Coucou enveloppé dans une peau de lièvre provoque le sommeil. Les filles placent dans leur bain la branche sur laquelle il a chanté afin d’être aimées. Il y a bien longtemps, il était l’emblème de la déesse Héra, sœur de Zeus que ce dernier séduisit sous la forme de cet animal en se posant sur ses genoux. Le Coucou au plumage gris qui épouvante ses semblables en clamant son cri, est l’oiseau du deuil et de la mélancolie ! 

Cuculus canorus 1873 - John Gerrard KeulemansCuculus canorus (Coucou gris), 1873 par John Gerrard Keulemans.


Magie Verte, les herbes et les arbres enchantés 


Ces œuvres sont protégées par une certification CLEO qui confère à son auteur une date de création certaine sur son œuvre. Une signature numérique atteste de cette antériorité. Elle est soumise aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle doit faire l'objet d'une demande d'autorisation auprès de l'auteur. Concept et titres déposés et enregistrés à l'INPI : Institut National de la Propriété Industrielle.  

31 mars 2015

L’If, un arbre qui veille sur l’âme des défunts

Bois de la Sainte-Baume, Ifreteau, Bois de doigt, Smilax de jardin, Bois d'Espagne... Cet arbre au feuillage vert sombre orné de fruits rouges vifs, habite les bois humides et les forêts des montagnes. Son bois souple et imputrescible recouvert d’une écorce d'un rouge vineux, est très apprécié des ébénistes, des sculpteurs et des luthiers. On le dit excellent pour la fabrication des arcs et des flèches. Hautement toxique pour les hommes et les animaux, l’If est lié aux rites funéraires. Selon le mythe, cet arbre hante les rives ténébreuses du Styx, fleuve aux eaux noires et glacées qui entoure neuf fois par ses méandres les Enfers. Nos ancêtres plantaient des Ifs près des cimetières pour empêcher les bêtes sauvages de déterrer les morts. On disait de cet arbre funeste et de mauvais augure, qu’il ne fallait jamais s’endormir sous son ombre délétère au risque de ne jamais se réveiller. Essence d'immortalité et d'éternité, l’If veille sur l’âme des défunts et défie la mort par sa longévité !

Taxus baccata © Cécile DecorniquetTaxus baccata © Cécile Decorniquet 


 Magie Verte, les herbes et les arbres enchantés 


 Ces œuvres sont protégées par une certification CLEO qui confère à son auteur une date de création certaine sur son œuvre. Une signature numérique atteste de cette antériorité. Elle est soumise aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle doit faire l'objet d'une demande d'autorisation auprès de l'auteur. Concept et titres déposés et enregistrés à l'INPI : Institut National de la Propriété Industrielle. 



L’Amour et Psyché ou comment l’amour et l’âme furent unifiés

Il était une fois, dans un royaume inconnu, une princesse dont la grâce, la beauté, les charmes de l’esprit et du cœur suscitaient l’admiration de tous. Psyché était si belle que le peuple de la terre la comparait à Vénus et lui avait élevé un temple. Cependant, sa beauté hors du commun suscitait la crainte chez les hommes à la place du désir et l’oracle lui prédit qu’elle aurait un mari monstrueux et qu’elle serait exposée sur un rocher pour devenir la proie de ce monstre. Vénus, éprouvant une jalousie dévorante devant les attraits de Psyché, ordonna à son fils, l’Amour, de la toucher au cœur avec l’un de ses traits pour que cette insolente tombe amoureuse de la créature la plus ignoble de l’univers. Le dieu promit à sa mère de la venger, mais en voyant Psyché, il se blessa avec l’une de ses flèches et ressentit la plus vive passion pour la princesse. L’Amour est amoureux et ne songe plus qu’à Psyché, s’abandonnant aux sentiments qu’elle lui inspire. Sur les conseils de l’oracle, Psyché résignée et tremblante se rendit sur le rocher fatal pour recevoir le mari monstrueux auquel elle était destinée. Le doux vent Zéphyr vint au secours de la princesse endormie, l’emporta dans ses bras et la déposa dans un lieu délicieux, un palais brillant d’or et d’argent où tout prévient ses désirs. Au milieu des ombres de la nuit, une voix douce lui murmure qu’elle est la reine de ce palais. Curieuse, Psyché pria son époux invisible et mystérieux de se montrer à ses yeux, mais ce dernier s’y refusa et s’échappa aux premiers rayons de l’Aurore en lui faisant promettre d’ignorer son identité. Pourtant, Psyché brava l’interdit. Une nuit, elle leva sa lampe au-dessus de son époux endormi et vit avec ravissement l’Amour dans toute sa splendeur. S’oubliant à sa contemplation, elle se pencha et fit tomber une goutte d’huile enflammée sur l’épaule du dieu qui se réveilla et s’enfuit. Au désespoir, Psyché chercha partout son céleste époux et pria toutes les divinités de l’aider, en vain. Persécutée par Vénus, elle subira plusieurs épreuves au-dessus de ses forces humaines mais viendra à bout de tout, aidée par un secours invisible. Le dernier ordre de Vénus fut le plus terrible. Elle chargea Psyché de descendre aux Enfers pour obtenir de Proserpine une boîte renfermant un peu de sa beauté. Psyché descendit au sombre Averne, amadoua le terrible Cerbère avec un gâteau de miel et brava toutes les divinités infernales. Proserpine touchée par la grâce de Psyché, lui remit la boîte de beauté et lui recommanda de ne surtout pas l’ouvrir. Cependant, aiguillonnée par la curiosité, Psyché souleva le couvercle d’où s’exhala une vapeur délétère qui aussitôt l’enveloppa et la plongea dans un sommeil fatal. Le dieu de l’Amour cicatrisé de sa blessure, recueillit la vapeur mortelle et referma la mystérieuse boîte. Il ramena son épouse à la vie en l’embrassant tendrement et supplia Jupiter de les unir à jamais et de donner à Psyché l’immortalité, ce qui lui fut accordé. De l’union de ces deux amants naquit une fille, une aimable déesse : la Volupté !

Psyché est une allégorie de l'âme représentée avec des ailes de papillon. L’ascension dans les airs de Psyché symbolise l’envol de l’âme qui s’échappe du corps pour atteindre les régions supérieures. L’âme se sent pousser des ailes quand l’amour est là.

Angel with Hound of HellAngel with Hound of Hell
Illustration from "Vivilore: The Pathway to Mental and Physical Perfection", 1904.

Psyche et L'Amour - 1889 - William BouguereauPsyché et L'Amour, 1889 - William-Adolphe Bouguereau.


Magie Verte, les herbes et les arbres enchantés


Ces œuvres sont protégées par une certification CLEO qui confère à son auteur une date de création certaine sur son œuvre. Une signature numérique atteste de cette antériorité. Elle est soumise aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle doit faire l'objet d'une demande d'autorisation auprès de l'auteur. Concept et titres déposés et enregistrés à l'INPI : Institut National de la Propriété Industrielle.

29 mars 2015

Les terribles chevaux de Pluton

Noir comme l’Erèbe, ce quadrige infernal attelé au char de Pluton, erre dans le sombre empire. Semant sur son passage le Sommeil, l’Oubli et la Mort, le sol tremble et mugit sous les pas de ses terribles chevaux. Les hennissements horribles de ses farouches coursiers font frémir, on dit qu’ils exhalent un souffle impur qui noircit l’air et que leur écume infeste la terre. Elevés dans d’éternelles ténèbres, ils s’abreuvent dans les eaux croupissantes du Léthé et se nourrissent dans les pâturages bordant le Cocyte. Alecton* a pour mission d’atteler les fougueux coursiers et de les guider dans les sinuosités les plus obscures de la terre. Le premier se nomme Ethon l’enflammé, qu’aucune flèche ne peut atteindre. Le second, Orfnée le sombre, est doté d’une robe d’un noir foncé, quand à Alastor l’indompté, il est marqué du sceau des Enfers par Pluton. Nictée, le ténébreux est le dernier. Ces fameux chevaux contribuèrent à l’enlèvement de Proserpine. Pluton, animé par l’amour, conduira ses redoutables coursiers pour ravir la fille de Cérès. Il fendra les rochers en frappant la terre de son sceptre et sortira de ses noirs abîmes pour emporter la belle Proserpine. Toutes les puissances infernales viendront rendre hommage à leur nouvelle reine dans le pâle et inquiétant royaume du monarque des Enfers.

"L'enlèvement de Proserpine" : poème inachevé de Claudien (il est l'un des derniers grands poètes latins de l'Empire romain) - *Alecton : la première des Furies, fille d’Achéron et de la Nuit. Elle est chargée de purifier les morts et de les conduire au séjour qui leur est destiné.

Cyane and Pluto - Johann Wilhelm Bauer 1659Cyane and Pluto - Johann Wilhelm Bauer, 1659.


Magie Verte, les herbes et les arbres enchantés


Ces œuvres sont protégées par une certification CLEO qui confère à son auteur une date de création certaine sur son œuvre. Une signature numérique atteste de cette antériorité. Elle est soumise aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle doit faire l'objet d'une demande d'autorisation auprès de l'auteur. Concept et titres déposés et enregistrés à l'INPI : Institut National de la Propriété Industrielle.

14 mars 2015

Comment se libérer des sorcières maléfiques, des créatures de la nuit et des jeteurs de sorts

Certains sorciers malveillants jettent des sorts quand d’autres les lèvent. Souvent, ils réalisent l’envoûtement avec des préparations redoutables composées de plantes aux vertus maléfiques qui croissent dans les ruines et les tombeaux. Ordinairement, ces herbes sont cueillies à la faveur d’une nuit sans lune ou à la lueur des éclairs de l’orage en prononçant des paroles magiques. Pour ajouter à l’efficacité de la mixture, le tout est mêlé d’écume de crapaud, de restes d’animaux hideux et sinistres comme le corbeau, le hibou, le serpent et le loup… Puis, avec du sang de chauve-souris, le nom de leur victime est écrit sur un morceau de tissu refermé avec une aiguille diabolique qui sert à coudre le linceul des morts. Pour faire disparaître tous leurs pouvoirs, neutraliser leur magie et vous garantir de leurs noirs maléfices, portez autour du cou un petit sachet rempli de sel, jour et nuit. Pour démasquer une sorcière, jetez une noix sous sa chaise, elle ne pourra plus bouger ni se lever, ou présentez-lui un bouquet d'Aigremoine ; si les fleurs se fanent dans l'instant, vous êtes sûrement en présence d’un suppôt de Satan ! Pour les empêcher d’entrer dans votre maison, placez un balai en travers de votre porte d’entrée, les brindilles vers le haut et jetez une poignée de sel dans la cheminée. Une croix de branches de laurier garantit efficacement contre les sortilèges. Aussi, avec de la chaux, tracez une croix blanche sur votre porte pour les éloigner les mauvais esprits et les démons. Pour retourner un sort jeté par un sorcier : enfoncez trois aiguilles à tricoter dans un cœur de bœuf et faites-le cuire ainsi percé, le sorcier souffrira comme si son propre cœur cuisait, il vous suppliera de lever le sort. Contre les créatures de la nuit qui se gorgent du sang des vivants, portez un collier d’ail tressé en nombre impair de gousses. Pour repousser les monstres nocturnes qui tourmentent le sommeil des petits enfants, déposez au pied du berceau un rameau d’Aubépine ou un brin d’Angélique. On prétend que le son des cloches a la vertu de conjurer les esprits malfaisants et de déjouer les plans des sorciers qui nous tourmentent cruellement. N’oubliez pas d’accompagner le tout de quelques conjurations magiques : « Esprit de l’air, de la terre et de la mer, libérez nous de ce démon et renvoyez le en enfer ! Que les sorcières dont l’âme est si noire soient privées de tous leurs pouvoirs ! Esprits malins, démons et malédictions, sortez de l’ombre et repartez dans l’autre monde, Vade retro Satanas ! Que la lumière que je porte en moi ait raison de toi, créature mortifère retourne sous terre ! Emportez leurs âmes dans le néant et dispersez tous les esprits malfaisants à travers l’espace et le temps ! Qu’il en soit ainsi ! »…

Een heks vliegt - 1897Een heks vliegt, 1897 - Source : zidanio.livejournal

Cahier de sortsCahier de Sorts

The Sorceress by Bartolomeo GuidobonoThe Sorceress - Bartolomeo Guidobono (1654/1709).


Magie Verte, les herbes et les arbres enchantés


Ces œuvres sont protégées par une certification CLEO qui confère à son auteur une date de création certaine sur son œuvre. Une signature numérique atteste de cette antériorité. Elle est soumise aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle doit faire l'objet d'une demande d'autorisation auprès de l'auteur. Concept et titres déposés et enregistrés à l'INPI : Institut National de la Propriété Industrielle.

13 mars 2015

Drowning By Numbers, Peter Greenaway

Triple Assassinat dans le Suffolk (Drowning by Numbers) est un film britannique réalisé par Peter Greenaway, sorti en 1987.

Le spectateur peut s'amuser à repérer les nombres 1 à 100 qui apparaissent dans l'ordre tout au long du film. Ils sont soit visibles dans le décor, soit énoncés par les personnages.

Posté par zimzimcarillon à 12:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 mars 2015

Les Sirènes, des créatures aux mélodies si belles !

Enchanteresses au corps mi-femme mi-poisson, les Sirènes* captivent les marins par la douceur de leur voix et la beauté de leur chant. Ces créatures aux mélodies si belles, égarent les sens de ceux qui passent près d’elles pour les entraîner dans les profondeurs de l’océan. Esprit de l’eau, elles ont le don de prédire l'avenir et d'apparaître pour annoncer les tempêtes, les noyades et les naufrages. Elles aiment surgir des vagues dans un tourbillon d'écume et de vent, flotter avec délice à la surface de l'eau et chanter langoureusement au son de la flûte et de la lyre. Elles s'arrêtent parfois sur les rochers pour coiffer leurs longs cheveux poudrés d'argent qu’elles entrelacent de roses marines avec des peignes d'ivoire blanc. Si une Sirène s'échoue sur une plage, remettez-là doucement à l'eau en prenant garde à ne pas effleurer sa belle chevelure ou ses mains... Vous risqueriez d'être noyé dans un gouffre écumant et emporté sous les flots éternellement !

* Voir l'article : "Les Sirènes antiques aux voix magnifiques".

John William Waterhouse - The Mermaid - 1900John William Waterhouse - Mermaid (1900, Oil on canvas).


Magie Verte, les herbes et les arbres enchantés


Ces œuvres sont protégées par une certification CLEO qui confère à son auteur une date de création certaine sur son œuvre. Une signature numérique atteste de cette antériorité. Elle est soumise aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle doit faire l'objet d'une demande d'autorisation auprès de l'auteur. Concept et titres déposés et enregistrés à l'INPI : Institut National de la Propriété Industrielle.

08 mars 2015

La Rose, une fleur souveraine dans les philtres d'amour

Reine des fleurs, splendeur de la nature, fleur favorite de Bacchus, des Muses et d’Aphrodite, attribut des Grâces, ornement des poètes et de l’Aurore « aux doigts de rose » qui ouvre les portes du matin... la Rose est l’emblème de l’amour, du désir et de la beauté, et même si les épines l’environnent, l’amant heureux la cueille avec plaisir. L'origine de la Rose a quelque chose de divin. On dit que le premier rosier aurait jailli de terre quand Vénus naquit de l’écume de la mer. Les dieux versèrent alors une goutte de nectar sur l’arbrisseau pour lui donner son éclat et son parfum délicat. Elle est souveraine dans les philtres d’amour et dans les vœux de guérison. La Rose est aussi un symbole funéraire ; autrefois elle servait à embaumer les morts. Aujourd’hui encore, elle accompagne le Cyprès autour des tombeaux. Cependant, cette fleur qui s’épanouit, se fane et meurt en un jour, évoque la fragilité des choses et nous rappelle tristement que ni l'amour ni la Rose ne vivent très longtemps !

Rosa © Cécile DecorniquetRosa © Cécile Decorniquet


Magie Verte, les herbes et les arbres enchantés


Ces œuvres sont protégées par une certification CLEO qui confère à son auteur une date de création certaine sur son œuvre. Une signature numérique atteste de cette antériorité. Elle est soumise aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle doit faire l'objet d'une demande d'autorisation auprès de l'auteur. Concept et titres déposés et enregistrés à l'INPI : Institut National de la Propriété Industrielle.

07 mars 2015

La Tourmentine, plante d'égaremement

Herbe de l’oubli, Plante d’égarement... Cette herbe mystérieuse et malveillante qui hante notre imaginaire, pousse dans les bois et les forêts enchantés. On prétend que cette plante maudite par la déesse Flore, ressemble à une vilaine touffe d’herbe revêche pourvue de gros yeux à ras de terre et d’un corps racine recouvert de radicelles qui s'enfoncent profondément dans le sol. Certains affirment qu’elle se nourrit d’insectes et d’elfes nains. Selon la légende, cette herbe maléfique et diabolique, attend patiemment qu’un marcheur insouciant pose par mégarde un pied sur elle pour le faire disparaître et le transporter hors du temps ! Perdu et désorienté, l'infortuné reviendra en vain sur ses pas sans jamais retrouver son chemin. Seules les petites graines rouges de la Parisette dispersées par les oiseaux ont le pouvoir de rompre le maléfice et d'indiquer la bonne direction. Gare à la Tourmentine des forêts lutines qui par enchantement fait oublier le temps aux passants imprudents !

Tourmentine © Cécile DecorniquetTourmentine © Cécile Decorniquet


Magie Verte, les herbes et les arbres enchantés


Ces œuvres sont protégées par une certification CLEO qui confère à son auteur une date de création certaine sur son œuvre. Une signature numérique atteste de cette antériorité. Elle est soumise aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle doit faire l'objet d'une demande d'autorisation auprès de l'auteur. Concept et titres déposés et enregistrés à l'INPI : Institut National de la Propriété Industrielle.

06 mars 2015

La Parisette, une herbe qui protège des enchantements

Raisin de renard, Etrangle-loup, Trissette, Herbe de Pâris, Morelle à quatre feuilles, Trossette... Cette petite fleur étoilée au bout d’une tige ronde et dressée, habite les forêts et les sous-bois humides et frais. La fleur, entourée de quatre feuilles disposées en croix, fournit en automne une baie noire remplie de petites graines rouges et charnues. Au moyen-âge, la Parisette était employée pour soigner la folie, éloigner la peste et chasser les loups et les renards. On dit que cette drôle de plante à le pouvoir de briser les envoûtements de la diabolique Tourmentine, une vilaine touffe d’herbe qui égare les passants dans les forêts lutines. Les bûcherons les plus prudents cousent toujours une petite baie de Parisette dans leur vêtement afin de se protéger des enchantements. Si par mégarde en promeneur étourdi vous marchiez sur l’herbe de l’oubli, suivez les petites graines de Parisette parsemées par les oiseaux. Elles seules ont le pouvoir de dissiper le sortilège de la plante d’égarement !

Paris quadrifolia © Cécile DecorniquetParis quadrifolia © Cécile Decorniquet 


 Magie Verte, les herbes et les arbres enchantés 


 Ces œuvres sont protégées par une certification CLEO qui confère à son auteur une date de création certaine sur son œuvre. Une signature numérique atteste de cette antériorité. Elle est soumise aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle doit faire l'objet d'une demande d'autorisation auprès de l'auteur. Concept et titres déposés et enregistrés à l'INPI : Institut National de la Propriété Industrielle.

04 mars 2015

Métamorphoses, film

Film français réalisé par Christophe Honoré, sorti en 2014.

Posté par zimzimcarillon à 11:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

31 décembre 2014

L’infâme bouillon des sorcières de Macbeth

ACTE IV.
Scène 1. — Une caverne sombre : au milieu une chaudière bouillante

Tonnerre. Les trois Sorcières entrent.

Prem. sorc. — Au loin, déjà, le chat tigré trois fois
A miaulé comme un enfant qui pleure.

Sec. sorc.Le hérisson à la même heure
A gémi dans le fond des bois !

Trois. sorc. — Il est temps, il est temps, l’heure sonne.

Prem. sorc. — Tournons en rond autour du chaudron qui bouillonne,
Jetons-y  le poison d’immondes intestins…
Crapaud, qui dormant sous la pierre
As durant trente jours échauffé tes venins,
Bous le premier dans la chaudière.

Toutes. — Redoublons de travail et de soin,
Le mystère nous environne,
Nous n'avons que l'enfer pour témoin ;
Feu brûle! et chaudière bouillonne!

Sec. sorc. — Œil des lézards dans l'eau pourris,
Filet d'un serpent aquatique,
Poil infect de chauve-souris,
Bouillez dans le chaudron magique !
Aile lugubre des hiboux,
Aiguillon fourchu de vipère,
Pour que l'enchantement s'opère
Dans la marmite mêlez-vous !
Ainsi qu'une infernale soupe
Bouillez dans cette immense coupe
Et formez un charme fatal
De tous les éléments du mal !

Toutes. — Le mystère nous environne,
Nous n'avons que l'enfer pour témoin ;
Redoublons de travail et de soin ;
Feu brûle ! et chaudière bouillonne !

Trois. sorc. — Dent de loup et langue de chien,
Momie impure de sorcière,
Foie ou de juif, ou de païen,
Gueule de requin sanguinaire,
Fiel de bouc, branche de cyprès
Coupée aux éclipses de lune ;
Ciguë arrachée à la brune ;
Peau de grenouille de marais ;
Écaille d'un dragon bizarre ;
Nez de Turc, lèvres de Tartare ;
Doigt d'un enfant mort en naissant,
Dont la prostituée atroce
Se délivra dans une fosse,
Puis l'étouffa tout vagissant !
Remplissez la chaudière ardente :
Fraise de tigre, pattes, yeux,
Et faites, ingrédients hideux,
La bouillie épaisse et gluante !

Toutes. — Redoublons de travail et de soin,
Le mystère nous environne,
Nous n'avons que l'enfer pour témoin ;
Feu brûle ! et chaudière bouillonne !

Sec. sorc. — Refroidissons cela dans du sang de guenon,
Et l'enchantement sera bon !

Hécate. — C'est bien ; votre travail mérite mes louanges,
Et chacune de vous aura part au profit ;
Mais il faut maintenant enchanter les mélanges
Que vous avez jetés dans le chaudron maudit.
Comme des lutins et des fées,
Pour que le charme soit fécond,
Chantez, chantez, chantez en rond
Autour de flammes étouffées!

CHANSON.

Accourez, noirs et blancs esprits !
Venez esprits rouges et gris ;
Vous qui savez comment on mêle,
Mêlez cette liqueur nouvelle !

Sec. sorc. — Je devine au picotement
De mes pouces, qu'en ce moment
Un maudit s'avance : n'importe
Qui vient frapper à notre porte,
Serrure, ouvrez-vous promptement !

FIN DES IMITATIONS en vers français DE Mme LOUISE COLET, 1837.

The Three Witches from Shakespeares Macbeth by Daniel GardnerThe Three Witches from Shakespeare Macbeth by Daniel Gardner, 1775.

01 décembre 2014

Louise Della, exposition "Robes Sculptures et Tapis Muraux"

du 4 au 26 décembre 2014.
Vernissage jeudi 4 décembre, à partir de 18h - Boutique Louise Della Paris.
55, rue des Saints Pères - Paris 6ème.

Expo Louise Della

LOUISE DELLA

25 novembre 2014

Ibeyi - River

http://www.ibeyi.fr/

Posté par zimzimcarillon à 20:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

17 novembre 2014

Le Crapaud, principal ingrédient des potions magiques !

Fidèle compagnon des sorcières, le crapaud, au corps ventru couvert de verrues, évoque la laideur, les lieux humides et les marécages sombres et hantés. Il a le jour en horreur et vit ordinairement dans les lieux ombragés où il peut facilement se dérober à la clarté. Il passe l’hiver tapi sous des vielles pierres, dans des trous qu’il creuse et dans les fentes des rochers. Fort commun dans nos jardins, il fait bonne guerre aux cloportes, aux limaçons, aux mouches et aux cousins. Souvent, on le trouve à l’ombre de la sauge et de la ciguë dont il est friand. Quand on le surprend, il se gonfle aussitôt de l’air qui l’environne et lance des sucs fétides dont il est imbu. Principal ingrédient des potions magiques, le crapaud était considéré, autrefois, comme une créature mortifère. Cependant, les sorcières prenaient grand soin de ce démon familier qu'elles nourrissaient de leur propre main. Elles l’accoutraient d’un habit de velours vert et le paraient de clochettes pour aller danser les nuits de pleine lune. Toujours posé sur leur épaule gauche, cet animal que le diable en personne baptisait le jour du sabbat, assistait ces dernières dans la préparation de toutes sortes de maléfices. En effet, cette bête venimeuse, à la peau garnie de pustules, sécrète un fluide que les sorcières connaissent bien. Les propriétés de cet élixir batracien étaient employées dans la composition de l’onguent de vol qui leur permettait de rejoindre le sabbat. Au moyen-âge, on attribuait à ce « poison de crapaud » un grand nombre de crimes et d’empoisonnements. On dit qu'un crapaud séché, placé dans un pot enterré dans un champ, provoque la pluie et protège les récoltes des tempêtes et des vents mais déchaîne, parfois, des pluies de crapauds ! Capable de cracher son venin à la figure du vilain qui le tourmente, cet amphibien infernal peut faire évanouir celui qui le regarde fixement dans les yeux. Toutefois, cette créature hideuse peut se révéler, quelquefois, être un merveilleux prince charmant. Le crapaud doit être alors embrassé afin que le sort soit dissipé !

Kunstformen der Natur 1904 - Batrachia by Ernst HaeckelKunstformen der Natur, 1904 - Batrachia by Ernst Haeckel.

Die Gartenlaube_1873_The Garden ArborBild aus Seite 133 in "Die Gartenlaube". Image from page 133 of journal Die Gartenlaube, 1873.

Selon Hildegarde de Bingen dans "Le livre des subtilités des créatures divines" : "Le crapaud a en lui une grande chaleur et une grande âcreté ; semblable aux vents dangereux qui accompagnent les éclairs, le tonnerre et la grêle, il a, dans sa verdeur, une sorte d'habileté diabolique. Il cherche à demeurer dans la terre et sous la terre : il cherche à rester à proximité de l'homme, et parfois se tient tout près de l'homme, véritable danger pour celui-ci..." 


Magie Verte, les herbes et les arbres enchantés


Ces œuvres sont protégées par une certification CLEO qui confère à son auteur une date de création certaine sur son œuvre. Une signature numérique atteste de cette antériorité. Elle est soumise aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle doit faire l'objet d'une demande d'autorisation auprès de l'auteur. Concept et titres déposés et enregistrés à l'INPI : Institut National de la Propriété Industrielle.

11 novembre 2014

Le chat noir, une créature mystérieuse et diabolique

Entouré d’une aura de mystère, le chat noir, aux yeux luisants comme des diamants, est un animal maléfique qui se déplace avec aisance dans les ténèbres. Doué de pouvoirs magiques, il possède neuf vies et conspire avec le diable. Créature de mauvais augure et compagnon des sorcières, il fait l’objet de croyances particulières. Le chat noir peut appartenir à neuf propriétaires mais il emportera l’âme du dernier tout droit en enfer ! On affirme que le démon revêt les formes les plus diverses pendant les nuits de pleine lune et qu’il apparaît sous la forme d’un chat noir aux carrefours des chemins isolés. Quant aux sorcières, elles ont le pouvoir de se changer neuf fois en chat et de se faire transporter dans les airs sur son dos hirsute d’où s’échappent des étincelles. C’est pourquoi, autrefois, on coupait la moitié de la queue ou l’oreille de son chat pour l’empêcher d’aller au sabbat. On lui attribue le pouvoir de prédire le temps, les séismes, les tempêtes et les vents. Aussi, il fait pleuvoir quand il passe sa patte derrière l’oreille. Cependant, il fut longtemps la victime idéale des sacrifices et seuls les chats porteurs d’une tâche blanche, la marque de l’ange, pouvaient échapper aux feux de la Saint-Jean. On prétendait que les os du chat, celui de la tête ou celui du tibia, avaient la propriété de rendre complètement invisible quand ils étaient bouillis dans un brouet d’herbes magiques. Quelques gouttes de sang tirées de sa queue soignaient certaines maladies ou servaient à écrire des charmes pour éloigner les maléfices. Les sorciers composaient un collyre avec les yeux de chat qui permettait de voir les ombres des démons. Il existe un chat noir sorcier que l’on nomme Matagot qui ne chasse pas la souris mais enrichit son maître par une pièce d’or qu’il rapporte tous les matins. Toutefois, en échange de ses bienfaits, il exige d’être nourri avec la première bouchée de chaque plat et de boire le lait des nourrices. Maltraiter cet animal entraîne sa terrible vengeance. D’ailleurs, on dit que même mort ce chat ne l’est vraiment jamais tout à fait. Diabolisé ou sacralisé, le chat est animal domestique infidèle entièrement libre que rien ne peut retenir. Ennemi de toutes contraintes, on dit qu’il a une malice innée, un penchant pour la petite rapine et qu’il se dérobe habilement au châtiment. Pourtant, cet animal rusé, adroit, souple et voluptueux à des talents de prédateur bien utiles. Il connaît toutes les retraites des rats et des souris, les passages et les issues les plus étroites et donne, parfois, la chasse aux crapauds et aux serpents avec ruse et dextérité. Mystérieux et énigmatique, ce chasseur de rongeurs, nous délivre des nuisibles dévoreurs de récoltes et nous préserve des maladies. On assure que tous les chats noir on un poil blanc. Si vous trouvez ce poil dans son épaisse fourrure, votre chat noir se changera sur le champ en un merveilleux talisman !

Sorcières de MacbethCi-dessus à gauche, un chat noir assistant les trois sorcières de Macbeth. Illustration d'Eugène Le Roux, 1807/1863. Gravure ancienne.fr le premier Salon virtuel permanent consacré aux estampes et gravure anciennes.


Magie Verte, les herbes et les arbres enchantés


Ces œuvres sont protégées par une certification CLEO qui confère à son auteur une date de création certaine sur son œuvre. Une signature numérique atteste de cette antériorité. Elle est soumise aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle doit faire l'objet d'une demande d'autorisation auprès de l'auteur. Concept et titres déposés et enregistrés à l'INPI : Institut National de la Propriété Industrielle.