zimzimcarillon

MAGIE VERTE, les herbes et les arbres enchantés

Avec un soupçon de magie et un brin de fantaisie, cet ouvrage révèle dans un clair-obscur empreint de mystère, des plantes charmantes et ensorcelantes. Baignées d'une lumière lunaire, elles enchanteront votre imaginaire et vous transporteront dans un voyage surprenant par-delà les méandres du temps.
Ce livre est né d'une association mère/fille. Nous avons conjugué nos envies et nos savoir-faire le temps d'un ouvrage consacré aux plantes et aux arbres liés aux rituels de la Saint-Jean, au monde de féerie, aux légendes celtes et à la mythologie. A travers ces images et ces écrits nous invitons le lecteur à entrer dans un univers où curiosité rime avec rêverie, imagination vagabonde et fantaisie !

Photos : Cécile Decorniquet, photographe Lauréate
du prix Sfr Jeunes Talents aux Rencontres d'Arles 2013
pour 
sa série "Ladies".

Allium © Cécile Decorniquetebook, (format iBooks pour iPad), 198 pages.


Ces œuvres sont protégées par une certification CLEO qui confère à son auteur une date de création certaine sur son œuvre. Une signature numérique atteste de cette antériorité. Elle est soumise aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle doit faire l’objet d'une demande d'autorisation auprès de l’auteur. Concept et titres déposés et enregistrés à l'INPI : Institut National de la Propriété Industrielle.


14 mars 2015

Comment se libérer des sorcières maléfiques, des créatures de la nuit et des jeteurs de sorts

Certains sorciers malveillants jettent des sorts quand d’autres les lèvent. Souvent, ils réalisent l’envoûtement avec des préparations redoutables composées de plantes aux vertus maléfiques qui croissent dans les ruines et les tombeaux. Ordinairement, ces herbes sont cueillies à la faveur d’une nuit sans lune ou à la lueur des éclairs de l’orage en prononçant des paroles magiques. Pour ajouter à l’efficacité de la mixture, le tout est mêlé d’écume de crapaud, de restes d’animaux hideux et sinistres comme le corbeau, le hibou, le serpent et le loup… Puis, avec du sang de chauve-souris, le nom de leur victime est écrit sur un morceau de tissu refermé avec une aiguille diabolique qui sert à coudre le linceul des morts. Pour faire disparaître tous leurs pouvoirs, neutraliser leur magie et vous garantir de leurs noirs maléfices, portez autour du cou un petit sachet rempli de sel, jour et nuit. Pour démasquer une sorcière, jetez une noix sous sa chaise, elle ne pourra plus bouger ni se lever, ou présentez-lui un bouquet d'Aigremoine ; si les fleurs se fanent dans l'instant, vous êtes sûrement en présence d’un suppôt de Satan ! Pour les empêcher d’entrer dans votre maison, placez un balai en travers de votre porte d’entrée, les brindilles vers le haut et jetez une poignée de sel dans la cheminée. Une croix de branches de laurier garantit efficacement contre les sortilèges. Aussi, avec de la chaux, tracez une croix blanche sur votre porte pour les éloigner les mauvais esprits et les démons. Pour retourner un sort jeté par un sorcier : enfoncez trois aiguilles à tricoter dans un cœur de bœuf et faites-le cuire ainsi percé, le sorcier souffrira comme si son propre cœur cuisait, il vous suppliera de lever le sort. Contre les créatures de la nuit qui se gorgent du sang des vivants, portez un collier d’ail tressé en nombre impair de gousses. Pour repousser les monstres nocturnes qui tourmentent le sommeil des petits enfants, déposez au pied du berceau un rameau d’Aubépine ou un brin d’Angélique. On prétend que le son des cloches a la vertu de conjurer les esprits malfaisants et de déjouer les plans des sorciers qui nous tourmentent cruellement. N’oubliez pas d’accompagner le tout de quelques conjurations magiques : « Esprit de l’air, de la terre et de la mer, libérez nous de ce démon et renvoyez le en enfer ! Que les sorcières dont l’âme est si noire soient privées de tous leurs pouvoirs ! Esprits malins, démons et malédictions, sortez de l’ombre et repartez dans l’autre monde, Vade retro Satanas ! Que la lumière que je porte en moi ait raison de toi, créature mortifère retourne sous terre ! Emportez leurs âmes dans le néant et dispersez tous les esprits malfaisants à travers l’espace et le temps ! Qu’il en soit ainsi ! »…

Een heks vliegt - 1897Een heks vliegt, 1897 - Source : zidanio.livejournal

Cahier de sortsCahier de Sorts

The Sorceress by Bartolomeo GuidobonoThe Sorceress - Bartolomeo Guidobono (1654/1709).


Magie Verte, les herbes et les arbres enchantés


Ces œuvres sont protégées par une certification CLEO qui confère à son auteur une date de création certaine sur son œuvre. Une signature numérique atteste de cette antériorité. Elle est soumise aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle doit faire l'objet d'une demande d'autorisation auprès de l'auteur. Concept et titres déposés et enregistrés à l'INPI : Institut National de la Propriété Industrielle.

10 mars 2015

Les Sirènes, des créatures aux mélodies si belles !

Enchanteresses au corps mi-femme mi-poisson, les Sirènes* captivent les marins par la douceur de leur voix et la beauté de leur chant. Ces créatures aux mélodies si belles, égarent les sens de ceux qui passent près d’elles pour les entraîner dans les profondeurs de l’océan. Esprit de l’eau, elles ont le don de prédire l'avenir et d'apparaître pour annoncer les tempêtes, les noyades et les naufrages. Elles aiment surgir des vagues dans un tourbillon d'écume et de vent, flotter avec délice à la surface de l'eau et chanter langoureusement au son de la flûte et de la lyre. Elles s'arrêtent parfois sur les rochers pour coiffer leurs longs cheveux poudrés d'argent qu’elles entrelacent de roses marines avec des peignes d'ivoire blanc. Si une Sirène s'échoue sur une plage, remettez-là doucement à l'eau en prenant garde à ne pas effleurer sa belle chevelure ou ses mains... Vous risqueriez d'être noyé dans un gouffre écumant et emporté sous les flots éternellement !

* Voir l'article : "Les Sirènes antiques aux voix magnifiques".

John William Waterhouse - The Mermaid - 1900John William Waterhouse - Mermaid (1900, Oil on canvas).


Magie Verte, les herbes et les arbres enchantés


Ces œuvres sont protégées par une certification CLEO qui confère à son auteur une date de création certaine sur son œuvre. Une signature numérique atteste de cette antériorité. Elle est soumise aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle doit faire l'objet d'une demande d'autorisation auprès de l'auteur. Concept et titres déposés et enregistrés à l'INPI : Institut National de la Propriété Industrielle.

08 mars 2015

La Rose, une fleur souveraine dans les philtres d'amour

Reine des fleurs, splendeur de la nature, fleur favorite de Bacchus, des Muses et d’Aphrodite, attribut des Grâces, ornement des poètes et de l’Aurore « aux doigts de rose » qui ouvre les portes du matin... la Rose est l’emblème de l’amour, du désir et de la beauté, et même si les épines l’environnent, l’amant heureux la cueille avec plaisir. L'origine de la Rose a quelque chose de divin. On dit que le premier rosier aurait jailli de terre quand Vénus naquit de l’écume de la mer. Les dieux versèrent alors une goutte de nectar sur l’arbrisseau pour lui donner son éclat et son parfum délicat. Elle est souveraine dans les philtres d’amour et dans les vœux de guérison. La Rose est aussi un symbole funéraire ; autrefois elle servait à embaumer les morts. Aujourd’hui encore, elle accompagne le Cyprès autour des tombeaux. Cependant, cette fleur qui s’épanouit, se fane et meurt en un jour, évoque la fragilité des choses et nous rappelle tristement que ni l'amour ni la Rose ne vivent très longtemps !

Rosa © Cécile DecorniquetRosa © Cécile Decorniquet


Magie Verte, les herbes et les arbres enchantés


Ces œuvres sont protégées par une certification CLEO qui confère à son auteur une date de création certaine sur son œuvre. Une signature numérique atteste de cette antériorité. Elle est soumise aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle doit faire l'objet d'une demande d'autorisation auprès de l'auteur. Concept et titres déposés et enregistrés à l'INPI : Institut National de la Propriété Industrielle.

07 mars 2015

La Tourmentine, plante d'égaremement

Herbe de l’oubli, Plante d’égarement... Cette herbe mystérieuse et malveillante qui hante notre imaginaire, pousse dans les bois et les forêts enchantés. On prétend que cette plante maudite par la déesse Flore, ressemble à une vilaine touffe d’herbe revêche pourvue de gros yeux à ras de terre et d’un corps racine recouvert de radicelles qui s'enfoncent profondément dans le sol. Certains affirment qu’elle se nourrit d’insectes et d’elfes nains. Selon la légende, cette herbe maléfique et diabolique, attend patiemment qu’un marcheur insouciant pose par mégarde un pied sur elle pour le faire disparaître et le transporter hors du temps ! Perdu et désorienté, l'infortuné reviendra en vain sur ses pas sans jamais retrouver son chemin. Seules les petites graines rouges de la Parisette dispersées par les oiseaux ont le pouvoir de rompre le maléfice et d'indiquer la bonne direction. Gare à la Tourmentine des forêts lutines qui par enchantement fait oublier le temps aux passants imprudents !

Tourmentine © Cécile DecorniquetTourmentine © Cécile Decorniquet


Magie Verte, les herbes et les arbres enchantés


Ces œuvres sont protégées par une certification CLEO qui confère à son auteur une date de création certaine sur son œuvre. Une signature numérique atteste de cette antériorité. Elle est soumise aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle doit faire l'objet d'une demande d'autorisation auprès de l'auteur. Concept et titres déposés et enregistrés à l'INPI : Institut National de la Propriété Industrielle.



06 mars 2015

La Parisette, une herbe qui protège des enchantements

Raisin de renard, Etrangle-loup, Trissette, Herbe de Pâris, Morelle à quatre feuilles, Trossette... Cette petite fleur étoilée au bout d’une tige ronde et dressée, habite les forêts et les sous-bois humides et frais. La fleur, entourée de quatre feuilles disposées en croix, fournit en automne une baie noire remplie de petites graines rouges et charnues. Au moyen-âge, la Parisette était employée pour soigner la folie, éloigner la peste et chasser les loups et les renards. On dit que cette drôle de plante à le pouvoir de briser les envoûtements de la diabolique Tourmentine, une vilaine touffe d’herbe qui égare les passants dans les forêts lutines. Les bûcherons les plus prudents cousent toujours une petite baie de Parisette dans leur vêtement afin de se protéger des enchantements. Si par mégarde en promeneur étourdi vous marchiez sur l’herbe de l’oubli, suivez les petites graines de Parisette parsemées par les oiseaux. Elles seules ont le pouvoir de dissiper le sortilège de la plante d’égarement !

Paris quadrifolia © Cécile DecorniquetParis quadrifolia © Cécile Decorniquet 


 Magie Verte, les herbes et les arbres enchantés 


 Ces œuvres sont protégées par une certification CLEO qui confère à son auteur une date de création certaine sur son œuvre. Une signature numérique atteste de cette antériorité. Elle est soumise aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle doit faire l'objet d'une demande d'autorisation auprès de l'auteur. Concept et titres déposés et enregistrés à l'INPI : Institut National de la Propriété Industrielle.

31 décembre 2014

L’infâme bouillon des sorcières de Macbeth

ACTE IV.
Scène 1. — Une caverne sombre : au milieu une chaudière bouillante

Tonnerre. Les trois Sorcières entrent.

Prem. sorc. — Au loin, déjà, le chat tigré trois fois
A miaulé comme un enfant qui pleure.

Sec. sorc.Le hérisson à la même heure
A gémi dans le fond des bois !

Trois. sorc. — Il est temps, il est temps, l’heure sonne.

Prem. sorc. — Tournons en rond autour du chaudron qui bouillonne,
Jetons-y  le poison d’immondes intestins…
Crapaud, qui dormant sous la pierre
As durant trente jours échauffé tes venins,
Bous le premier dans la chaudière.

Toutes. — Redoublons de travail et de soin,
Le mystère nous environne,
Nous n'avons que l'enfer pour témoin ;
Feu brûle! et chaudière bouillonne!

Sec. sorc. — Œil des lézards dans l'eau pourris,
Filet d'un serpent aquatique,
Poil infect de chauve-souris,
Bouillez dans le chaudron magique !
Aile lugubre des hiboux,
Aiguillon fourchu de vipère,
Pour que l'enchantement s'opère
Dans la marmite mêlez-vous !
Ainsi qu'une infernale soupe
Bouillez dans cette immense coupe
Et formez un charme fatal
De tous les éléments du mal !

Toutes. — Le mystère nous environne,
Nous n'avons que l'enfer pour témoin ;
Redoublons de travail et de soin ;
Feu brûle ! et chaudière bouillonne !

Trois. sorc. — Dent de loup et langue de chien,
Momie impure de sorcière,
Foie ou de juif, ou de païen,
Gueule de requin sanguinaire,
Fiel de bouc, branche de cyprès
Coupée aux éclipses de lune ;
Ciguë arrachée à la brune ;
Peau de grenouille de marais ;
Écaille d'un dragon bizarre ;
Nez de Turc, lèvres de Tartare ;
Doigt d'un enfant mort en naissant,
Dont la prostituée atroce
Se délivra dans une fosse,
Puis l'étouffa tout vagissant !
Remplissez la chaudière ardente :
Fraise de tigre, pattes, yeux,
Et faites, ingrédients hideux,
La bouillie épaisse et gluante !

Toutes. — Redoublons de travail et de soin,
Le mystère nous environne,
Nous n'avons que l'enfer pour témoin ;
Feu brûle ! et chaudière bouillonne !

Sec. sorc. — Refroidissons cela dans du sang de guenon,
Et l'enchantement sera bon !

Hécate. — C'est bien ; votre travail mérite mes louanges,
Et chacune de vous aura part au profit ;
Mais il faut maintenant enchanter les mélanges
Que vous avez jetés dans le chaudron maudit.
Comme des lutins et des fées,
Pour que le charme soit fécond,
Chantez, chantez, chantez en rond
Autour de flammes étouffées!

CHANSON.

Accourez, noirs et blancs esprits !
Venez esprits rouges et gris ;
Vous qui savez comment on mêle,
Mêlez cette liqueur nouvelle !

Sec. sorc. — Je devine au picotement
De mes pouces, qu'en ce moment
Un maudit s'avance : n'importe
Qui vient frapper à notre porte,
Serrure, ouvrez-vous promptement !

FIN DES IMITATIONS en vers français DE Mme LOUISE COLET, 1837.

The Three Witches from Shakespeares Macbeth by Daniel GardnerThe Three Witches from Shakespeare Macbeth by Daniel Gardner, 1775.

01 décembre 2014

Louise Della, exposition "Robes Sculptures et Tapis Muraux"

du 4 au 26 décembre 2014.
Vernissage jeudi 4 décembre, à partir de 18h - Boutique Louise Della Paris.
55, rue des Saints Pères - Paris 6ème.

Expo Louise Della

LOUISE DELLA

25 novembre 2014

Ibeyi - River

http://www.ibeyi.fr/

Posté par zimzimcarillon à 20:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

17 novembre 2014

Le Crapaud, principal ingrédient des potions magiques !

Fidèle compagnon des sorcières, le crapaud, au corps ventru couvert de verrues, évoque la laideur, les lieux humides et les marécages sombres et hantés. Il a le jour en horreur et vit ordinairement dans les lieux ombragés où il peut facilement se dérober à la clarté. Il passe l’hiver tapi sous des vielles pierres, dans des trous qu’il creuse et dans les fentes des rochers. Fort commun dans nos jardins, il fait bonne guerre aux cloportes, aux limaçons, aux mouches et aux cousins. Souvent, on le trouve à l’ombre de la sauge et de la ciguë dont il est friand. Quand on le surprend, il se gonfle aussitôt de l’air qui l’environne et lance des sucs fétides dont il est imbu. Principal ingrédient des potions magiques, le crapaud était considéré, autrefois, comme une créature mortifère. Cependant, les sorcières prenaient grand soin de ce démon familier qu'elles nourrissaient de leur propre main. Elles l’accoutraient d’un habit de velours vert et le paraient de clochettes pour aller danser les nuits de pleine lune. Toujours posé sur leur épaule gauche, cet animal que le diable en personne baptisait le jour du sabbat, assistait ces dernières dans la préparation de toutes sortes de maléfices. En effet, cette bête venimeuse, à la peau garnie de pustules, sécrète un fluide que les sorcières connaissent bien. Les propriétés de cet élixir batracien étaient employées dans la composition de l’onguent de vol qui leur permettait de rejoindre le sabbat. Au moyen-âge, on attribuait à ce « poison de crapaud » un grand nombre de crimes et d’empoisonnements. On dit qu'un crapaud séché, placé dans un pot enterré dans un champ, provoque la pluie et protège les récoltes des tempêtes et des vents mais déchaîne, parfois, des pluies de crapauds ! Capable de cracher son venin à la figure du vilain qui le tourmente, cet amphibien infernal peut faire évanouir celui qui le regarde fixement dans les yeux. Toutefois, cette créature hideuse peut se révéler, quelquefois, être un merveilleux prince charmant. Le crapaud doit être alors embrassé afin que le sort soit dissipé !

Kunstformen der Natur 1904 - Batrachia by Ernst HaeckelKunstformen der Natur, 1904 - Batrachia by Ernst Haeckel.

Die Gartenlaube_1873_The Garden ArborBild aus Seite 133 in "Die Gartenlaube". Image from page 133 of journal Die Gartenlaube, 1873.

Selon Hildegarde de Bingen dans "Le livre des subtilités des créatures divines" : "Le crapaud a en lui une grande chaleur et une grande âcreté ; semblable aux vents dangereux qui accompagnent les éclairs, le tonnerre et la grêle, il a, dans sa verdeur, une sorte d'habileté diabolique. Il cherche à demeurer dans la terre et sous la terre : il cherche à rester à proximité de l'homme, et parfois se tient tout près de l'homme, véritable danger pour celui-ci..." 


Magie Verte, les herbes et les arbres enchantés


Ces œuvres sont protégées par une certification CLEO qui confère à son auteur une date de création certaine sur son œuvre. Une signature numérique atteste de cette antériorité. Elle est soumise aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle doit faire l'objet d'une demande d'autorisation auprès de l'auteur. Concept et titres déposés et enregistrés à l'INPI : Institut National de la Propriété Industrielle.

11 novembre 2014

Le chat noir, une créature mystérieuse et diabolique

Entouré d’une aura de mystère, le chat noir, aux yeux luisants comme des diamants, est un animal maléfique qui se déplace avec aisance dans les ténèbres. Doué de pouvoirs magiques, il possède neuf vies et conspire avec le diable. Créature de mauvais augure et compagnon des sorcières, il fait l’objet de croyances particulières. Le chat noir peut appartenir à neuf propriétaires mais il emportera l’âme du dernier tout droit en enfer ! On affirme que le démon revêt les formes les plus diverses pendant les nuits de pleine lune et qu’il apparaît sous la forme d’un chat noir aux carrefours des chemins isolés. Quant aux sorcières, elles ont le pouvoir de se changer neuf fois en chat et de se faire transporter dans les airs sur son dos hirsute d’où s’échappent des étincelles. C’est pourquoi, autrefois, on coupait la moitié de la queue ou l’oreille de son chat pour l’empêcher d’aller au sabbat. On lui attribue le pouvoir de prédire le temps, les séismes, les tempêtes et les vents. Aussi, il fait pleuvoir quand il passe sa patte derrière l’oreille. Cependant, il fut longtemps la victime idéale des sacrifices et seuls les chats porteurs d’une tâche blanche, la marque de l’ange, pouvaient échapper aux feux de la Saint-Jean. On prétendait que les os du chat, celui de la tête ou celui du tibia, avaient la propriété de rendre complètement invisible quand ils étaient bouillis dans un brouet d’herbes magiques. Quelques gouttes de sang tirées de sa queue soignaient certaines maladies ou servaient à écrire des charmes pour éloigner les maléfices. Les sorciers composaient un collyre avec les yeux de chat qui permettait de voir les ombres des démons. Il existe un chat noir sorcier que l’on nomme Matagot qui ne chasse pas la souris mais enrichit son maître par une pièce d’or qu’il rapporte tous les matins. Toutefois, en échange de ses bienfaits, il exige d’être nourri avec la première bouchée de chaque plat et de boire le lait des nourrices. Maltraiter cet animal entraîne sa terrible vengeance. D’ailleurs, on dit que même mort ce chat ne l’est vraiment jamais tout à fait. Diabolisé ou sacralisé, le chat est animal domestique infidèle entièrement libre que rien ne peut retenir. Ennemi de toutes contraintes, on dit qu’il a une malice innée, un penchant pour la petite rapine et qu’il se dérobe habilement au châtiment. Pourtant, cet animal rusé, adroit, souple et voluptueux à des talents de prédateur bien utiles. Il connaît toutes les retraites des rats et des souris, les passages et les issues les plus étroites et donne, parfois, la chasse aux crapauds et aux serpents avec ruse et dextérité. Mystérieux et énigmatique, ce chasseur de rongeurs, nous délivre des nuisibles dévoreurs de récoltes et nous préserve des maladies. On assure que tous les chats noir on un poil blanc. Si vous trouvez ce poil dans son épaisse fourrure, votre chat noir se changera sur le champ en un merveilleux talisman !

Sorcières de MacbethCi-dessus à gauche, un chat noir assistant les trois sorcières de Macbeth. Illustration d'Eugène Le Roux, 1807/1863. Gravure ancienne.fr le premier Salon virtuel permanent consacré aux estampes et gravure anciennes.


Magie Verte, les herbes et les arbres enchantés


Ces œuvres sont protégées par une certification CLEO qui confère à son auteur une date de création certaine sur son œuvre. Une signature numérique atteste de cette antériorité. Elle est soumise aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle doit faire l'objet d'une demande d'autorisation auprès de l'auteur. Concept et titres déposés et enregistrés à l'INPI : Institut National de la Propriété Industrielle.

01 novembre 2014

NIKI DE SAINT PHALLE au GRAND PALAIS

NIKI DE SAINT PHALLE EXPONiki de Saint Phalle en train de viser, photographie en noir et blanc rehaussée de couleur extraite du film Daddy, 1972. (détail) © Peter Whitehead.

GRAND PALAIS

Samain, fête lunaire des temps anciens

Célébré le dernier jour d’octobre, Samain se trouve à mi-chemin entre l’équinoxe d’automne et le solstice d’hiver. Cette veillée sacrée qui a lieu pendant la pleine lune de novembre, marque, chez les Celtes, la fin de l’année et l’entrée dans l’hiver. Ce passage incertain de la saison claire à la saison sombre est une trêve, un temps suspendu qui n’appartient ni a l’année qui se termine, ni à celle qui commence. On prétend que cette nuit mystérieuse, où le temps n’existe plus, est propice à la divination et aux événements magiques. Pendant ce moment hors du temps favorable aux apparitions, les portes de l’Autre Monde s’ouvrent pour permettre au visible et à l’invisible de se rencontrer. On honore ainsi les âmes des ancêtres en passant d’un monde à l’autre. En France, il y a fort longtemps, une table des morts était dressée à cette occasion où un repas attendait les défunts. Ayons une pensée émue pour ceux qui ne sont plus !

Le jour des morts de William Bouguereau - 1859
Le Jour des morts - William-Adolphe Bouguereau, 1859.


Magie Verte, les herbes et les arbres enchantés


Ces œuvres sont protégées par une certification CLEO qui confère à son auteur une date de création certaine sur son œuvre. Une signature numérique atteste de cette antériorité. Elle est soumise aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle doit faire l’objet d'une demande d'autorisation auprès de l’auteur. Concept et titres déposés et enregistrés à l'INPI : Institut National de la Propriété Industrielle. 

31 octobre 2014

Le Chaudron, instrument antique et magique

Le chaudron était, il y a bien longtemps, un instrument de sacrifice et de divination. On prédisait les destinées et les événements futurs selon la couleur de la mixture ou de son évaporation, et parfois même, selon la coagulation du sang des pauvres victimes. Depuis, les sorcières usent de cet objet magique pour leur cuisine maléfique et leur ragoût diabolique. C’est ordinairement dans une marmite de fer, de cuivre ou de fonte posée sur trois pieds qu’elles composent un brouet nauséabond fumant à gros bouillon pour accomplir toutes sortes de malédictions. Sur un feu ardent, à la lueur des éclairs, elles agitent l’infâme liquide avec de longues cuillères de fer et mêlent des herbes magiques, des crapauds gonflés de venin, des plumes de hibou, une aile de chauve-souris, des papillons de nuit, des entrailles de loup, des cornes de démons et mille autres horreurs encore ! Pour ensorceler le redoutable breuvage, elles entonnent une noire et mystérieuse prière au son du tonnerre et tournent autour de la chaudière en invoquant Hécate, la terrible déesse de la nuit et des arts de la magie. Apparaissent alors, dans les épaisses vapeurs, des spectres terrifiants et des esprits malfaisants aux formes étranges qui rejoignent l’horrible festin. Puis, dans une course folle, les sorcières quittent leur cuisine infernale pour s’envoler dans l’horreur de la nuit qui se remplit de monstres et de mauvais génies. Chevauchant leur balai, elles se rendent au sabbat et se livrent à leurs ébats jusqu’à une heure matinale avec tous les esprits du mal !

Cuisine des sorcières - Jacques de Gheyn le jeune 1565-1629
Cuisine des sorcières - Jacques de Gheyn le jeune, 1565/1629.


Magie Verte, les herbes et les arbres enchantés


Ces œuvres sont protégées par une certification CLEO qui confère à son auteur une date de création certaine sur son œuvre. Une signature numérique atteste de cette antériorité. Elle est soumise aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle doit faire l'objet d'une demande d'autorisation auprès de l'auteur. Concept et titres déposés et enregistrés à l'INPI : Institut National de la Propriété Industrielle.

30 octobre 2014

Le Balai magique et l’onguent de vol des sorcières

Instrument antique destiné aux rituels, le balai était employé par les prêtresses pour nettoyer les lieux sacrés de toutes impuretés. Depuis, il est la monture favorite des sorcières pour voyager dans les airs. Le manche est ordinairement en bois de frêne, la brosse est faite de brindilles de bouleau ou de bruyère, le tout est lié par une longue tige de saule. Mais parfois, les sorcières usent d’essences variées comme le noisetier, l’aubépine, le sureau, le sorbier, le genêt ou le prunellier. Cependant, le balai est incapable de voler s’il n’est pas enduit de l’onguent magique de vol dont elles ont le secret. Pendant les nuits de pleine lune, elles mélangent dans un brouet nauséabond, la jusquiame, l’aconit, la belladone, la mandragore, le datura, la ciguë, la morelle noire, le nénuphar et d’autres horreurs encore qu’il est interdit de révéler. Dans cette marmite remplie d’herbes maléfiques, elles préparent le baume diabolique en prononçant à travers d’inquiétantes vapeurs, des paroles magiques. Quand le balai est bien graissé et frotté, il se met en mouvement et transporte les sorcières jusqu’au sabbat. A califourchon sur leur bâton, elles ordonnent alors du haut des sombres nuages : « Bâton blanc, bâton noir, mène-moi là où tu dois, de par le diable ! ». Puis, emportées par une rafale de vent, elles crient : « Ici et là ! Ici et là ! ». On prétend que seul le tintement des cloches d’églises a le pouvoir d’arrêter les balais volants en les clouant au sol dans l’instant. Symbole du voyage nocturne, le balai est aussi un objet de protection. Pour empêcher les sorcières et les démons d’entrer dans votre maison, placez votre balai en travers de la porte, les brindilles vers le haut, sans oublier de jeter une poignée de sel dans la cheminée !

Départ pour le Sabbat - Albert Joseph Pénot - 1910Départ pour le Sabbat, 1910 - Albert Joseph Pénot 

Magie Verte, les herbes et les arbres enchantés


Ces œuvres sont protégées par une certification CLEO qui confère à son auteur une date de création certaine sur son œuvre. Une signature numérique atteste de cette antériorité. Elle est soumise aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle doit faire l’objet d'une demande d'autorisation auprès de l’auteur. Concept et titres déposés et enregistrés à l'INPI : Institut National de la Propriété Industrielle.

28 octobre 2014

Le sabbat des sorcières

Les sorcières se rendent au sabbat, dans des lieux secrets et déserts, de différentes manières. Pendant les nuits d’orage et de grand vent, elles se transportent dans les airs sur un âne, un cheval ou un autre animal. Cependant, elles préfèrent chevaucher un balai oint d’un onguent diabolique, en prononçant du haut des nuages des paroles magiques. Ces assemblées nocturnes ont lieu dans des endroits solitaires au plus profond des bois. Le maître des lieux, qui affecte ordinairement la figure d’un grand bouc, envoi une chauve souris ou un grand papillon de nuit aux alentours de minuit pour rassembler en un instant, diablesses, incubes et succubes, magiciens et démons initiés aux mystères du sabbat. Quand tout le monde est réuni, la cérémonie peut commencer et varier à l’infini. Perchés sur l’épaule gauche des sorcières, des crapauds élégants vêtus de velours vert, se mêlent à la danse infernale en faisant sonner les clochettes qu’ils portent autour du cou. Toutefois, la tenue de rigueur est une parfaite nudité. Sous la présidence du diable, un banquet est préparé. Dans un chaudron, fumant à gros bouillon, des herbes maléfiques sont jetées ainsi que des crapauds et des petits enfants coupés en morceaux ! Puis, emportés dans un tourbillon étourdissant, sorciers et sorcières dansent en rond et se livrent à tous les emportements de leurs passions et de choses bien mystérieuses qu’il est défendu de révéler. Mais à l’heure où le coq chante et que la lumière jaillit, tout en un clin d’œil s’évanouit !

Witches going to their Sabbath by Luis Ricardo FaleroWitches going to their Sabbath (1878), by Luis Ricardo Falero

Magie Verte, les herbes et les arbres enchantés


Ces œuvres sont protégées par une certification CLEO qui confère à son auteur une date de création certaine sur son œuvre. Une signature numérique atteste de cette antériorité. Elle est soumise aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle doit faire l’objet d'une demande d'autorisation auprès de l’auteur. Concept et titres déposés et enregistrés à l'INPI : Institut National de la Propriété Industrielle.

La Citrouille, reine d'halloween !

D’une belle couleur orangée, cette cucurbitacée à la peau lisse et dure possède de longues tiges rampantes et de larges feuilles agrémentées de fleurs jaunes. La Citrouille que l’on appelait jadis Citrolle, se récolte à l’automne. Sa chair sucrée donne un potage doux et onctueux. L'extrait de ses graines est employé dans les baumes pour ses propriétés médicinales. Selon la légende, elle a le don de se transformer en carrosse sous la baguette magique des bonnes fées ! Autrefois, les druides célébraient le passage incertain de la clarté de l’été vers l’obscurité de l'hiver, en parcourant les campagnes avec des Citrouilles flamboyantes et grimaçantes pour éloigner l’âme des morts du monde des vivants. Aujourd’hui, reine d'halloween, la tradition veut que l’on place une bougie à l’intérieur d’une Citrouille creusée pour faire fuir des maisons sorcièresrevenants et tous les esprits malfaisants. Soufflez la bougie avant minuit, sinon votre Citrouille prendra vie et avalera tout cru le premier passant venu !

Cucurbita © Cécile Decorniquet
Cucurbita © ceciledecorniquet.com


 Découvrez l'univers de la photographe Cécile Decorniquet


Ces œuvres sont protégées par une certification CLEO qui confère à son auteur une date de création certaine sur son œuvre. Une signature numérique atteste de cette antériorité. Elle est soumise aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle doit faire l’objet d'une demande d'autorisation auprès de l’auteur. Concept et titres déposés et enregistrés à l'INPI : Institut National de la Propriété Industrielle.

Halloween, la nuit qui précède la Toussaint

Sorciers et sorcières préparez vos balais !

Lors de cette nuit magique, fantômes, elfes, lutins et sorcières, dansent et parcourent librement les airs. Pour effrayer ces farandoles d’esprits tapageurs et turbulents, petits et grands se griment affreusement et s’accoutrent d’habits terrifiants pour chasser de leur maison démons et malédictions ! Il y a bien longtemps, les druides parcouraient les campagnes en s’éclairant de lanternes faites dans des navets, où une braise, tirée d’un feu sacré, était placée. Aujourd’hui, pour repousser les esprits malfaisants, on place une bougie au centre d’une citrouille grimaçante que l’on pose sur le seuil de sa porte. Entre prédictions, sortilèges et visions, n’oubliez pas d’illuminer votre maison et d’éteindre vos bougies avant minuit, ou vos citrouilles prendront vie et avaleront tout cru le premier passant venu !

Halloween est la contraction anglaise de All Hallows’ even qui signifie : Veille de la Toussaint. Cette nuit qui précède la Toussaint correspond dans le calendrier Celte à la grande fête de Samain qui marque la fin de l’été et la fin de l’année.

The witches Sabbath 1880 - Luis Ricardo FaleroThe witches Sabbath, 1880, by Luis Ricardo Falero.

MAGIE VERTE, les herbes et les arbres enchantés


Ces œuvres sont protégées par une certification CLEO qui confère à son auteur une date de création certaine sur son œuvre. Une signature numérique atteste de cette antériorité. Elle est soumise aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle doit faire l’objet d'une demande d'autorisation auprès de l’auteur. Concept et titres déposés et enregistrés à l'INPI : Institut National de la Propriété Industrielle. 



Fin »